La forêt en France métropolitaine

IGN Magazine 84

IGN Magazine 84

La forêt en chiffres et en cartes

La forêt en chiffres et en cartes

La forêt en France métropolitaine

Lieu de détente et de loisirs, la forêt n’en demeure pas moins méconnue. « La forêt française appartient à tout le monde, elle diminue, elle est surexploitée... » sont autant d’idées reçues auxquelles l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) répond. Parce que connaître la forêt c’est la protéger et mieux l'exploiter, l’IGN vous conduit à la découverte de la forêt française métropolitaine.

Qu'est-ce qu'une forêt ?

La forêt est un territoire occupant une superficie d’au moins 5 000 m2 avec des arbres pouvant atteindre une hauteur supérieure à 5 mètres à maturité, un couvert boisé de plus de 10 % et une largeur moyenne d’au moins 20 mètres. Elle n’inclut pas les terrains boisés dont l’utilisation prédominante du sol est agricole ou urbaine.
Cette définition est celle adoptée au niveau international (FAO). Les bosquets, territoires occupant une superficie supérieure ou égale à 500 m2 et inférieure à 5 000 m2 avec un couvert boisé de plus de 40 % sont exclus de cette définition.

Depuis plus d'un siècle, la forêt en France métropolitaine s'étend et s'enrichit, couvrant aujourd'hui 16,5 millions d’hectares soit 30 % du territoire. C’est l’occupation du sol la plus importante après l’agriculture qui couvre plus de la moitié de la France métropolitaine.

Superficie forestière par région française

 

La forêt française diminue-t-elle ?

En métropole, la surface forestière a progressé entre 1980 et 2011 d’environ 87 000 hectares par an, soit 0,6 % par an. Les principales raisons de cette forte progression sont attribuées entre autres à la déprise agricole et au boisement des terres agricoles, et dans une moindre mesure aux changements climatiques qui favorisent la croissance et la productivité des arbres.

L’augmentation la plus forte se situe dans le sud-est (Languedoc-Roussillon, Corse et Alpes-du-Sud) et dans le nord-ouest (Bretagne et Pays-de-la-Loire). Dans les régions traditionnellement forestières, comme le nord-est et le massif landais, la progression est moindre. Ce constat est également valable en région parisienne du fait de la pression urbaine.

La surface forestière ici considérée correspond à la définition de la forêt en vigueur en 1980. Elle comprenait la superficie des forêts de production, des autres forêts et des bosquets. Les peupleraies n’y étaient pas incluses. Elle a évolué en 2005 pour être en accord avec les définitions internationales. Cependant, afin d’assurer l’homogénéité des données, les calculs d’évolution entre 1980 et 2011 retiennent l’ancienne définition.

Surface forestière en France métropolitaine

 

À qui appartient-elle ?

Les trois-quarts de la forêt française métropolitaine (12,2 millions d’hectares) appartiennent à des propriétaires privés. La forêt publique représente donc un quart des forêts métropolitaines. Elle se répartit entre les forêts domaniales, propriétés de l'État (1,5 million d’hectares) et les autres forêts publiques (2,8 millions d’hectares), essentiellement des forêts communales.

La part des forêts publiques a légèrement diminué depuis le siècle dernier. Mais, les surfaces boisées ont augmenté de 1,7 millions d'hectares ces 20 dernières années, dont 1,4 millions en forêt privée. Les propriétaires de forêts privées sont libres d’ouvrir ou non leur propriété au public. La majorité d’entre eux choisissent de donner un accès libre et illimité à leur forêt.

 

Quelles espèces pour quels espaces ?

La forêt française métropolitaine est majoritairement une forêt de feuillus (chênes, hêtres, châtaigniers, charme, frênes...). Ces peuplements représentent 64 % de la superficie forestière. Les peuplements de feuillus se situent surtout dans les plaines ou à moyenne altitude. Les peuplements de conifères (pin maritime, épicéa...) se situent essentiellement en zone montagneuse, dans le massif des landes de Gascogne, ainsi que dans les plantations assez récentes de l’ouest de la France.

Répartition du bois vivant sur pied par essence

 

 

La forêt française est-elle surexploitée ?

Chaque année en France, on ne récolte au plus que 50 % de ce qui pousse. La récolte annuelle de bois est donc inférieure à la production biologique de la forêt. Loin d'être surexploitée, la forêt française souffre au contraire de sous-exploitation. Cette situation peut lui être préjudiciable, car une forêt vieillissante, où le bois s'accumule, est une forêt qui se fragilise, plus sensible aux maladies et aux intempéries.

 

Quel est le rôle de l'inventaire forestier de l'IGN ?

L’IGN joue un rôle primordial dans l’inventaire permanent des ressources forestières du territoire métropolitain. Il a également pour mission l’observation et la surveillance des écosystèmes forestières. Tous les cinq ans, l'IGN rassemble les éléments nécessaires, dont une part importante provient des données d’inventaire, pour publier les indicateurs de gestion durable des forêts françaises. Annuellement, de nombreux résultats sont également publiés.

La cartographie forestière de la France métropolitaine est disponible sur le Géoportail.

 

Et la forêt européenne ?

Forêt européenne

Mis à jour le 
10/07/2015