Nicolas Copernic, la révolution de la Terre

Reclus dans sa tour de Frauenburg (Prusse royale – actuelle Torun en Pologne), un chanoine fête son soixante-septième anniversaire aujourd’hui, lundi 19 février 1540. Il reçoit la visite de notre envoyé spatiotemporel spécial et se demande, surpris, pourquoi l’histoire semble s’être souvenue de lui…

copernic

IGN : Nicolas, vous avez écrit “Des révolutions des sphères célestes” il y a une dizaine d’années. Vous y exposez la théorie selon laquelle la Terre tourne autour du Soleil et non l’inverse. Comment cette idée vous est-elle venue ?
Nicolas Copernic : Elle n’est pas nouvelle, vous savez. Déjà Aristarque de Samos en avait émis l’hypothèse au IIIe siècle avant notre ère. En outre, plus récemment, les travaux d’Ibn Al Shatir, de l’école de Maragha(1), ont ouvert une importante brèche dans la traditionnelle représentation géocentrique du monde. Notre époque était donc mûre pour que l’héliocentrisme refasse surface.

IGN : Si le monde est à présent prêt à recevoir cette idée, pourquoi avoir demandé que votre grand traité d’astronomie ne soit publié qu’après votre mort ?
NC : Si nos connaissances actuelles sont suffisantes pour que l’idée émerge à nouveau, je n’en dirais pas autant des mentalités, malgré les oeuvres d’Augustin d’Hippone ou de Thomas d’Aquin. Et, vu comment les astronomes qui ont suggéré que la Terre n’était pas au centre de l’univers ont de tous temps été traités, je préfère rester prudent. Je n’ai pas envie d’avoir des ennuis.

IGN : Beaucoup de gens croient même encore que la Terre est plate, non ?
NC : (rires) N’exagérons rien, voulez-vous ! Les érudits connaissent la rotondité de la Terre depuis 2000 ans : voyez les oeuvres de Ptolémée ou l’Opus Majus de Roger Bacon en 1268, par exemple. Cette certitude n’a jamais été sérieusement remise en question. Non, le problème est théologique : pour toutes les religions du monde et de l’histoire, l’homme est au sommet de la création… donc, en son centre. Déjà dans la Grèce ancienne, Aristarque avait été taxé d’hérésie – une accusation avec laquelle certains ne badinent pas.

IGN : Alors, vous-même, comment conciliez-vous votre théorie avec la religion ?
NC : Je ne sais pas trop, justement. Bien que je sois chanoine, la théologie n’est pas mon rayon. Mon traité ne fait que rapporter mes observations et les mettre en forme selon un système qui présente l’avantage d’expliquer certains mystères astronomiques. Le mouvement rétrograde des planètes extérieures, par exemple : dans le ciel, Mars, Jupiter et Saturne se déplacent dans le sens inverse de Mercure et de Vénus. En fait, c’est une illusion d’optique due à leur plus grande distance au Soleil : elle entraîne une plus longue période de révolution… Mais, pour accepter ces déductions, peut-être les théologiens devraient-ils s’affranchir de la lettre des Évangiles et n’en retenir que l’esprit… Encore que j’avoue ne pas trop voir moi-même ce que ça peut signifier. Il faudra sans doute des siècles pour que ça prenne un sens.

IGN : Pas tant que cela, ça commencera à changer en 1637(2)… Pour revenir à votre époque, vous disiez que les érudits savent depuis longtemps que la Terre est ronde. Mais ça ne fait pas toute la population, loin s’en faut…
NC : Vous pensez aux gens du peuple ? Bien sûr, eux ne le savent pas, pas plus d’ailleurs que ne le savaient les paysans de la Grèce ancienne. La connaissance n’est pas facile à diffuser, vous savez. Cela changera peut-être grâce à l’imprimerie : depuis que Gutenberg a mis cette invention au point, les livres ne cessent de se multiplier. Peut-être qu’un jour, tout le monde apprendra à lire… mais j’ai surtout peur qu’on finisse par publier n’importe quoi.

IGN : L’imprimerie aura effectivement du succès. Par exemple, dans 500 ans, les administrations françaises auront leurs propres publications.
NC : … et elles seront intéressantes ?

IGN : L’une d’entre elles publiera cet entretien.
NC : C’est bien ce que je craignais ! (rires)

IGN : Humpf, bon… Une dernière chose, Nicolas : accepteriez-vous de me signer un autographe, s’il vous plaît ?
NC : Un autographe ? Vous avez vraiment des idées bizarres, vous autres, les gens de l’avenir ! Enfin… si ça peut vous faire plaisir…

copernic

                         

(1) Maragha : ville du Nord de l’Iran
(2) Voir “Galileo Galilei

Mis à jour le 
22/05/2015