VOTRE AVIS EST IMPORTANT !

×

Souhaitez-vous participer à l'amélioration des services en ligne de l'IGN en répondant à quelques questions sur vos habitudes d'utlisation ?

Ne plus afficher ce message

Un observatoire pour le suivi de l’artificialisation des sols

À la demande du Gouvernement, le Cerema, IRSTEA et l’IGN s’associent pour lancer un observatoire de l’artificialisation des sols, une mesure qui s’inscrit dans le cadre du Plan national pour la biodiversité dévoilé en juillet 2018. 

Accéder au site de l'observatoire de l'artificialisation des sols

L'artificialisation des sols, une menace pour la biodiversité

En France, comme dans d’autres pays, du fait de l'étalement de l'urbanisation et des infrastructures, l'artificialisation des sols progresse. Ce phénomène consiste à transformer des sols naturels, agricoles ou forestiers, afin de les affecter notamment à des fonctions urbaines ou de transport (habitat, activités, commerces, etc…). L'artificialisation des sols réduit de fait la capacité des terres agricoles à nous nourrir, augmente les distances parcourues lors de nos déplacements individuels, accroît les dépenses liées aux réseaux (routes, électricité, assainissement...) et, par voie de conséquence, accélère la perte de biodiversité, contribue au réchauffement climatique et amplifie les risques d'inondations. C'est la raison pour laquelle la lutte contre l’artificialisation des sols constitue un axe majeur du Plan biodiversité qui affiche l’objectif « zéro artificialisation nette ».

Un observatoire pour comprendre et suivre l'évolution du phénomène

L’observatoire de l’artificialisation des sols vise une meilleure compréhension du phénomène et une meilleure prise de conscience de ses enjeux. Cet outil de mesure est mis en œuvre conjointement par le Cerema, IRSTEA et l’IGN sous le pilotage des ministères de la Transition écologique et solidaire, de l'Agriculture et de l'alimentation, et de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales. Il permettra d’observer l’évolution de l’artificialisation des sols à l’échelle de chaque commune. Régulièrement, un état des lieux de la consommation d’espace sera publié et des données transparentes et comparables à toutes les échelles territoriales seront mises à disposition sur le portail.

Le Cerema, IRSTEA et l’IGN ont tous trois été sollicités par la Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN) afin de mettre en synergie leurs compétences pour la création de cet outil.

Le Cerema intervient sur toutes les composantes de cet observatoire (ressources bibliographiques, fourniture de données, choix d'indicateurs, mesures d'accompagnement…) et est en charge de la fourniture de premières données représentant la consommation d'espace.

L’IGN produira avec IRSTEA et le Cerema une base de données représentative de l'occupation du sol à grande échelle (OCS GE). Obtenue par analyse d’images aériennes et satellitaires renforcée par le croisement de données multisources, l’OCS GE est une base de données vectorielle pour la description de l’occupation du sol de l’ensemble du territoire métropolitain et des départements et régions d’outre-mer. Elle s’appuie sur un modèle ouvert distinguant couverture et usage du sol, mais aussi sur une précision géométrique appuyée sur le Référentiel à Grande Échelle (RGE®) et une cohérence temporelle : les mises à jour successives permettent de quantifier et de qualifier les évolutions des espaces. L’objectif pour les trois organismes est de parvenir à produire et à mettre à jour des éléments qualifiés d’occupation du sol de la manière la plus automatisée possible, notamment au moyen de technologies innovantes, telles que le deep learning, une composante de l'intelligence artificielle.

Espaces naturels, agricoles et artificialisés
Espaces naturels, agricoles et artificialisés au sens du CORU Midi-Pyrénées

Le portail sera complété au fil des mois, tant sur le plan bibliographique que sur les données, afin de fournir les indicateurs les plus pertinents sur l'artificialisation des sols et de permettre à l'État et aux collectivités de mieux appréhender et gérer le phénomène. 

Mis à jour le 
12/07/2019
Pour aller plus loin